Message du Secrétaire général à l’occasion de la Journée internationale de commémoration des victimes de l’esclavage et de la traite transatlantique des esclaves

25 mars 2014

Chaque année à cette date, nous honorons la mémoire des millions d’hommes, de femmes et d’enfants victimes de la tragédie de l’esclavage. En nous remémorant les causes, les conséquences et les enseignements à tirer de la traite transatlantique des esclaves, nous renouvelons l’engagement que nous avons pris de sensibiliser les générations actuelles et futures aux dangers du racisme et des préjugés.
    Le thème de la commémoration de cette année est « Victoire sur l’esclavage : Haïti et au-delà ». Il s’agit de rendre hommage aux combats antiesclavagistes menés de par le monde et de célébrer le deux cent dixième anniversaire de la République d’Haïti, la première nation à avoir conquis son indépendance grâce à la lutte des hommes et des femmes réduits en esclavage. Nous célébrons également le vingtième anniversaire du projet « La route de l’esclave », lancé par l’UNESCO pour briser le silence entourant la traite des esclaves et ses conséquences.
    Au Siège de l’Organisation des Nations Unies, les travaux d’érection d’un Mémorial permanent en souvenir des victimes de l’esclavage et de la traite transatlantique des esclaves sont en cours. Ce monument sera un rappel constant du courage des esclaves, des abolitionnistes et des héros anonymes qui ont contribué à mettre fin à l’oppression esclavagiste. Il permettra de mieux mettre en lumière les contributions des esclaves et de leurs descendants à leurs sociétés respectives.
    J’espère que le Mémorial sera également une source d’inspiration incitant à poursuivre la lutte contre les nombreuses formes d’esclavage qui existent encore de nos jours. Dans le monde, des millions de personnes sont victimes de la traite des êtres humains, de la servitude pour dettes, de l’esclavage sexuel et de la servitude domestique, tandis que les auteurs de ces violations des droits de l’homme sont libres d’agir en toute impunité.
    En ce jour, puissions-nous nous souvenir des crimes passés et redoubler d’efforts pour mettre fin aux crimes présents.

PNUD Dans le monde

Vous êtes à PNUD Gabon 
Aller à PNUD Global

A

Afghanistan Afrique du sud Albanie Algérie Angola Arabie saoudite Argentine Arménie Azerbaïdjan

B

Bahreïn Bangladesh Barbade Bélarus Bélize Bénin Bhoutan Bolivie Bosnie-Herzégovine Botswana Brésil Bureau du Pacifique Burkina Faso Burundi

C

Cambodge Cameroun Cap-Vert Centrafrique (République centrafricaine) Chili Chine Chypre Colombie Comores Congo (République démocratique du) Congo (République du) Corée (République populaire démocratique de) Costa Rica Côte d'Ivoire Croatie Cuba

D

Djibouti

E

Egypte El Salvador Emirats arabes unis Equateur Erythrée Ethiopie

G

Gabon Gambie Géorgie Ghana Guatemala Guinée Guinée-Bissau Guinée équatoriale Guyane

H

Haïti Honduras

I

Ile Maurice et Seychelles Inde Indonésie Irak (République d') Iran

J

Jamaïque Jordanie

K

Kazakhstan Kenya Kirghizistan Kosovo (selon RCSNU 1244) Koweït

L

Laos Lesotho Liban Libéria Libye L’Ex-République yougoslave de Macédoine

M

Madagascar Malaisie Malawi Maldives Mali Maroc Mauritanie Mexique Moldova Mongolie Monténégro Mozambique Myanmar

N

Namibie Népal Nicaragua Niger Nigéria

O

Ouganda

P

Pakistan Panama Papouasie-Nouvelle-Guinée Paraguay Pérou Philippines Programme palestinien

R

République dominicaine Russie (Fédération de) Rwanda

S

Samoa São Tomé-et-Principe Sénégal Serbie Sierra Leone Somalie Soudan Soudan du Sud Sri Lanka Suriname Swaziland Syrie

T

Tadjikistan Tanzanie Tchad Thaïlande Timor-Leste Togo Trinité et Tobago Tunisie Turkménistan Turquie

U

Ukraine Uruguay Uzbekistan

V

Venezuela Viet Nam

Y

Yémen

Z

Zambie Zimbabwe