Allocution de Madame Marie-Evelyne Petrus-Barry, Coordonnateur Résident des Nations Unies, à l’occasion de la journée de Lutte contre la Corruption

9 déc. 2013

 

Excellence Monsieur le Premier Ministre, Chef du Gouvernement,
Excellences Mesdames et Messieurs les membres du Gouvernement,
Monsieur le Président de la Commission Nationale de Lutte Contre l’Enrichissement Illicite,
Monsieur le Directeur Général de l’Agence Nationale d’Investigation Financière,
Distingués invités, en vos grades et qualités,
Mesdames et Messieurs,

C’est avec un réel plaisir que je prends la parole ce matin, à l’occasion de la célébration de la Journée internationale de lutte contre la corruption 2013.

Le 9 décembre a été déclaré Journée internationale de lutte contre la corruption pour sensibiliser le monde à ce problème et faire connaître le rôle de la Convention des Nations Unies contre la corruption, en matière de lutte et de prévention.

La Convention est en effet, le premier instrument international juridiquement contraignant de lutte contre la corruption. Elle été adoptée par l'Assemblée Générale des Nations Unies le 31 octobre 2003, et est entrée en vigueur le 14 décembre 2005.

Le Gabon a ratifié la Convention des Nations Unies contre la corruption le 1er octobre 2007.

Excellences, Mesdames et Messieurs,

Permettez-moi avant de continuer mon propos, de vous livrer le Message du Secrétaire Général de l’ONU, Mr Ban Ki- Moon, à l’occasion de la célébration de la journée de cette année dont le thème retenu au niveau mondial, est « Zéro Corruption = 100% Développement »

. Je cite :

       « La corruption compromet la croissance économique car elle coûte chère et nuit à une gestion durable de l’environnement et des ressources naturelles. Elle porte atteinte aux droits de l’homme, aggrave la pauvreté et creuse les inégalités en détournant les fonds destinés aux soins de santé, à l’éducation et à d’autres services essentiels. Des milliards de personnes, partout dans le monde, subissent les effets néfastes de la corruption. La criminalité, le dysfonctionnement des institutions publiques et la mauvaise gouvernance sont à la fois les causes et les conséquences de ce phénomène.

 La bonne gouvernance est essentielle pour parvenir au développement durable, et vitale pour lutter contre la criminalité organisée. Dans un trafic, chaque maillon de la chaîne est exposé à la corruption. Ainsi, il y a corruption lorsque des trafiquants d’armes ou de drogues versent des pots-de-vin à des fonctionnaires consentants ou lorsque de faux permis sont utilisés pour faciliter le commerce illicite des ressources naturelles.

La corruption règne aussi dans le monde du sport, des affaires et dans le domaine des marchés publics. Au cours des 10 dernières années, le secteur privé a pris un rôle de plus en plus important dans la lutte contre la corruption. Dans leur Appel à l’action, le Pacte mondial et ses partenaires invitent les entreprises et les pouvoirs publics à introduire de la transparence dans les procédures de passation de marchés. Par ailleurs, des directives sont élaborées pour aider les entreprises à lutter contre la corruption dans le parrainage sportif et la représentation.

 L’ONU est fermement déterminée à s’acquitter de ses obligations dans ce domaine. Présente dans certains des environnements les plus instables du monde, elle est exposée à une corruption multiforme qui risque de compromettre l’action qu’elle mène en faveur du développement, de la paix et des droits de l’homme. Nous avons mis au point un système solide de contrôle interne et continuons a être vigilants et a nous employer activement à montrer l’exemple de l’intégrité.

 La corruption étant un obstacle à la réalisation des objectifs du Millénaire pour le développement, elle doit être prise en compte lors de l’élaboration et de la mise en œuvre d’un programme solide de développement pour l’après-2015. La Convention des Nations Unies contre la corruption adoptée il y a 10 ans est le cadre le plus important qui existe à l’échelle mondiale pour prévenir et combattre ce phénomène. Pour l’appliquer dans son intégralité, il faudra prendre des mesures de prévention, de répression, de coopération internationale et de recouvrement des avoirs. En cette Journée internationale de la lutte contre la corruption, j’invite instamment les pouvoirs publics, le secteur privé et la société civile à s’attaquer ensemble à ce fléau complexe qui touche tous les pays dans leur tissu social, politique et économique. Pour offrir à tous, demain, un monde plus équitable, plus ouvert et plus prospère, nous devons encourager une culture d’intégrité, de transparence, de responsabilité et de bonne gouvernance.»

Fin de citation

Excellence, Mesdames et Messieurs,

Le Gabon peut se réjouir d’avoir franchi un pas important avec l’élaboration de la Stratégie Nationale de Lutte Contre la Corruption et le Blanchiment des Capitaux ; cette stratégie constitue un cadre de mise en œuvre de la Convention contre la corruption et un engagement résolu de bonne gouvernance en ligne avec la fondation numéro 2 du Plan Stratégique Gabon Emergent.

 Je voudrais pour cela, saluer le partenariat entre la Commission Nationale de Lutte contre l’Enrichissement Illicite, l’Agence Nationale d’Investigation Financière et le Programme des Nations-Unies pour le Développement, partenariat qui a permis l’élaboration de cette stratégie.

L’engagement exprimé à travers l’élaboration de la Stratégie Nationale de Lutte Contre la Corruption et le Blanchiment des Capitaux  devra à juste titre s’intensifier dans la mise en œuvre du Plans d’Actions Prioritaires de cette Stratégie qui comprend cinq principaux axes d’intervention prioritaires :

1.  La prévention de la lutte contre la corruption et le blanchiment des capitaux ;

2.  L’éducation pour une lutte efficace contre la corruption et le blanchiment des capitaux ;

3.  L’amélioration des conditions de travail et de vie des citoyens pour réduire leur vulnérabilité face à la corruption et au blanchiment des capitaux ;

4.  Le développement et la dissémination de bonnes pratiques de lutte contre la corruption et le blanchiment des capitaux ;

5.  La systématisation des sanctions des actes de corruption et de blanchiment des capitaux.

Excellence, Mesdames et Messieurs,

Les Nations-Unies dans leur ensemble, et le PNUD en particulier sont fiers d’avoir été associés à la célébration de l’édition 2013 de la journée internationale de lutte contre la corruption,.

Je saisis la présente occasion pour vous renouveler notre engagement au coté du Gabon dans ses efforts dans la lutte pour zéro corruption et 100% développement.

Je vous remercie de votre aimable attention.

PNUD Dans le monde

Vous êtes à PNUD Gabon 
Aller à PNUD Global

A

Afghanistan Afrique du sud Albanie Algérie Angola Arabie saoudite Argentine Arménie Azerbaïdjan

B

Bahreïn Bangladesh Barbade Bélarus Bélize Bénin Bhoutan Bolivie Bosnie-Herzégovine Botswana Brésil Bureau du Pacifique Burkina Faso Burundi

C

Cambodge Cameroun Cap-Vert Centrafrique (République centrafricaine) Chili Chine Chypre Colombie Comores Congo (République démocratique du) Congo (République du) Corée (République populaire démocratique de) Costa Rica Côte d'Ivoire Croatie Cuba

D

Djibouti

E

Egypte El Salvador Emirats arabes unis Equateur Erythrée Ethiopie

G

Gabon Gambie Géorgie Ghana Guatemala Guinée Guinée-Bissau Guinée équatoriale Guyane

H

Haïti Honduras

I

Ile Maurice et Seychelles Inde Indonésie Irak (République d') Iran

J

Jamaïque Jordanie

K

Kazakhstan Kenya Kirghizistan Kosovo (selon RCSNU 1244) Koweït

L

Laos Lesotho Liban Libéria Libye L’Ex-République yougoslave de Macédoine

M

Madagascar Malaisie Malawi Maldives Mali Maroc Mauritanie Mexique Moldova Mongolie Monténégro Mozambique Myanmar

N

Namibie Népal Nicaragua Niger Nigéria

O

Ouganda

P

Pakistan Panama Papouasie-Nouvelle-Guinée Paraguay Pérou Philippines Programme palestinien

R

République dominicaine Russie (Fédération de) Rwanda

S

Samoa São Tomé-et-Principe Sénégal Serbie Sierra Leone Somalie Soudan Soudan du Sud Sri Lanka Suriname Swaziland Syrie

T

Tadjikistan Tanzanie Tchad Thaïlande Timor-Leste Togo Trinité et Tobago Tunisie Turkménistan Turquie

U

Ukraine Uruguay Uzbekistan

V

Venezuela Viet Nam

Y

Yémen

Z

Zambie Zimbabwe