Message du Secrétaire Général des Nations Unies à l'occasion de la journée internationale de lutte contre la corruption

9 déc. 2015

Le temps est révolu où la corruption, le trafic d’influence et les flux financiers illicites étaient considérés comme des pratiques normales. Le Programme de développement durable à l’horizon 2030, dont l’objectif est de faire disparaître la pauvreté dans les 15 prochaines années, prévoit de nettes réductions des flux financiers illicites, de la corruption et de toutes les formes de trafic d’influence, ainsi que le recouvrement et la restitution des avoirs acquis par ces moyens illégaux.
    La corruption doit être vigoureusement combattue car elle a des effets désastreux sur le développement, les fonds qui devraient servir à financer des écoles, des cliniques et d’autres services publics se retrouvant entre les mains de criminels.
    La corruption exacerbe la violence et l’insécurité et creuse les inégalités, surtout dans les sociétés vulnérables. Elle peut susciter un mécontentement et une colère bien compréhensibles et déclencher des troubles sociaux.
    La Convention des Nations Unies contre la corruption peut aider à mobiliser une vaste coalition de partenaires, dont l’État, les organisations non gouvernementales, la société civile, les médias et les particuliers. Le mois dernier, à la conférence des parties qui s’est tenue à Saint-Pétersbourg, des progrès ont été faits sur les questions de la prévention de la corruption et du renforcement des partenariats.
    C’est un bon début, mais nous devons aller plus loin pour remporter d’autres victoires. La lutte contre la corruption commence avec la coopération internationale, mais elle ne pourra prendre fin que lorsque le combat aura été gagné dans tous les secteurs de toutes les sociétés.
    En cette Journée internationale de la lutte contre la corruption, j’invite tous les intéressés à s’unir pour faire passer le message partout dans le monde : la corruption est inacceptable et les principes de la transparence, de la responsabilité et de la bonne gouvernance doivent prévaloir. Au niveau local comme au niveau national, chacun en bénéficiera. L’élimination de la corruption contribuera à l’édification d’un avenir meilleur pour tous.

PNUD Dans le monde

Vous êtes à PNUD Gabon 
Aller à PNUD Global

A

Afghanistan Afrique du sud Albanie Algérie Angola Arabie saoudite Argentine Arménie Azerbaïdjan

B

Bahreïn Bangladesh Barbade Bélarus Bélize Bénin Bhoutan Bolivie Bosnie-Herzégovine Botswana Brésil Bureau du Pacifique Burkina Faso Burundi

C

Cambodge Cameroun Cap-Vert Centrafrique (République centrafricaine) Chili Chine Chypre Colombie Comores Congo (République démocratique du) Congo (République du) Corée (République populaire démocratique de) Costa Rica Côte d'Ivoire Croatie Cuba

D

Djibouti

E

Egypte El Salvador Emirats arabes unis Equateur Erythrée Ethiopie

G

Gabon Gambie Géorgie Ghana Guatemala Guinée Guinée-Bissau Guinée équatoriale Guyane

H

Haïti Honduras

I

Ile Maurice et Seychelles Inde Indonésie Irak (République d') Iran

J

Jamaïque Jordanie

K

Kazakhstan Kenya Kirghizistan Kosovo (selon RCSNU 1244) Koweït

L

Laos Lesotho Liban Libéria Libye L’Ex-République yougoslave de Macédoine

M

Madagascar Malaisie Malawi Maldives Mali Maroc Mauritanie Mexique Moldova Mongolie Monténégro Mozambique Myanmar

N

Namibie Népal Nicaragua Niger Nigéria

O

Ouganda

P

Pakistan Panama Papouasie-Nouvelle-Guinée Paraguay Pérou Philippines Programme palestinien

R

République dominicaine Russie (Fédération de) Rwanda

S

Samoa São Tomé-et-Principe Sénégal Serbie Sierra Leone Somalie Soudan Soudan du Sud Sri Lanka Suriname Swaziland Syrie

T

Tadjikistan Tanzanie Tchad Thaïlande Timor-Leste Togo Trinité et Tobago Tunisie Turkménistan Turquie

U

Ukraine Uruguay Uzbekistan

V

Venezuela Viet Nam

Y

Yémen

Z

Zambie Zimbabwe