Discours du Président de la Commission Nationale de Lutte contre l'Enrichissement Illicite (CNLCEI) à l' atelier de formation sur les outils de suivi-évaluation et la gestion axée sur les résultats

10 févr. 2016

Madame le Représentant Résident du PNUD au Gabon ;
Madame le Membre, représentant le Directeur Général de l’Agence d’Investigation Financière ;
Mesdames et Messieurs les Membres de la société Civile ;
Mesdames et Messieurs en vos grades et Qualités ;
Le 19 mai 2015, le Premier Ministre, Chef du Gouvernement, le Professeur ONA ONDO a procédé au lancement officiel de la Stratégie Nationale de Lutte contre Corruption et le Blanchiment des Capitaux au Gabon.
Le Lancement de cette stratégie a pour vocation d’accélérer la matérialisation de la vision de Son Excellence, Monsieur le Président de la République, Chef de l’Etat, Ali BONGO ONDIMBA, qui écrit dans l’avant propos du Document Stratégique : Je cite « A l’horizon 2025, le Gabon doit devenir un pays où l’intégrité guide le comportement de l’ensemble des citoyens et gouverne la gestion des affaires publiques dans un Etat modernisé, assurant une redistribution juste, équitable et transparente des fruits de la croissance, pour un développement harmonieux ».
La matérialisation de cette vision nécessite l’implication effective des agents publics puis celle de tous les acteurs de lutte contre la corruption et le blanchiment des capitaux. C’est dans cette optique que la mission de l’Administration comme, instrument d’exécution au service du Gouvernement apparait fondamental.
En effet, la constitution consacre un rôle à l’Exécutif dans la mise en œuvre de la politique nationale. Le rappel de ce principe Constitutionnel doit nous permettre d’établir et de comprendre le lien qui existe entre l’impérieuse exigence de s’approprier la vision de Monsieur le Président de la République et le rôle que doivent jouer non seulement chaque agent public, mais aussi les acteurs de la société civile dans le cadre de la lutte contre la corruption et le blanchiment de capitaux.
Le Suivi-Evaluation et la Gestion Axée sur les Résultats s’avèrent des outils nécessaires à l’amélioration des performances de l’Administration publique lorsqu’ils sont bien compris et maitrisés à tous les niveaux. Le but de cet atelier est de permettre aux participants d’avoir une compréhension fondamentale des objectifs, des processus, des normes, des règles et des principes directeurs du Suivi- Evaluation et la Gestion Axée sur les Résultats. Ainsi, la maitrise des concepts, les outils de planification et du suivi- évaluation en sont les fondamentaux du succès de la formation qui vous sera dispensée pendant les trois jours.
La GAR est une stratégie de Gestion de Programmes et de Projets focalisée sur la performance et l’obtention effective de Résultats, par opposition aux approches traditionnelles centrées sur le suivi des activités, des produits et des ressources.
Mesdames et Messieurs
En matière de Lutte contre la corruption et le blanchiment des capitaux, la volonté politique y est. Celle-ci se traduit par la signature et la ratification des conventions de prévention et de lutte contre la corruption, la création des structures ou organes de lutte à compétence nationale et internationale ainsi que l’adoption d’autres mesures législatives et réglementaires.
Toutefois, il convient de reconnaitre que beaucoup reste à faire, notamment au niveau des ressources humaines.  En effet, il faut à l’administration gabonaise des hommes capables de relever les défis de la modernité et de la mondialisation en vue d’une administration efficace. Car, « l’Administration vaut ce que valent les hommes ».
Mesdames et Messieurs
Selon le classement de l’ONG britannique TRANSPARENCY International de l’année 2015, notre pays occupe le 99e rang sur 168  Etats. En Afrique Centrale, le Gabon est derrière Sao-Tomé et Principe mais c’est le premier pays de la CEMAC. De la 127e place en 2012 puis la 123e en 2014, notre pays a progressé de plusieurs places au plan mondial.
Du point de vu d’indice de perception de la corruption (IPC) , notre pays est à 34/100 (2015) par rapport à 37 /100 (2014), 34/ 100  (2013) et 35/ 100 en 2012. Ce qui signifie que le Gabon ne se trouve pas dans la zone rouge avec moins de 30/100. Mais, il n’a pas encore obtenu un indice supérieur ou égal à 50/100 pour être dans la zone d’intégrité. Cela devient un objectif prioritaire et un impératif  en matière de lutte contre la corruption et le Blanchiment des capitaux au Gabon.
C’est pourquoi les participants à cet atelier, doivent être très attentifs aux enseignements donnés par les experts afin de s’approprier les outils d’évaluation. Je voudrais demander aux experts de faire plus de pratique que de théorie afin de permettre une appropriation maximale des enseignements.
  C’est le vœu que je formule pour terminer.                         
Je vous remercie pour votre aimable attention.

PNUD Dans le monde

Vous êtes à PNUD Gabon 
Aller à PNUD Global

A

Afghanistan Afrique du sud Albanie Algérie Angola Arabie saoudite Argentine Arménie Azerbaïdjan

B

Bahreïn Bangladesh Barbade Bélarus Bélize Bénin Bhoutan Bolivie Bosnie-Herzégovine Botswana Brésil Bureau du Pacifique Burkina Faso Burundi

C

Cambodge Cameroun Cap-Vert Centrafrique (République centrafricaine) Chili Chine Chypre Colombie Comores Congo (République démocratique du) Congo (République du) Corée (République populaire démocratique de) Costa Rica Côte d'Ivoire Croatie Cuba

D

Djibouti

E

Egypte El Salvador Emirats arabes unis Equateur Erythrée Ethiopie

G

Gabon Gambie Géorgie Ghana Guatemala Guinée Guinée-Bissau Guinée équatoriale Guyane

H

Haïti Honduras

I

Ile Maurice et Seychelles Inde Indonésie Irak (République d') Iran

J

Jamaïque Jordanie

K

Kazakhstan Kenya Kirghizistan Kosovo (selon RCSNU 1244) Koweït

L

Laos Lesotho Liban Libéria Libye L’Ex-République yougoslave de Macédoine

M

Madagascar Malaisie Malawi Maldives Mali Maroc Mauritanie Mexique Moldova Mongolie Monténégro Mozambique Myanmar

N

Namibie Népal Nicaragua Niger Nigéria

O

Ouganda

P

Pakistan Panama Papouasie-Nouvelle-Guinée Paraguay Pérou Philippines Programme palestinien

R

République dominicaine Russie (Fédération de) Rwanda

S

Samoa São Tomé-et-Principe Sénégal Serbie Sierra Leone Somalie Soudan Soudan du Sud Sri Lanka Suriname Swaziland Syrie

T

Tadjikistan Tanzanie Tchad Thaïlande Timor-Leste Togo Trinité et Tobago Tunisie Turkménistan Turquie

U

Ukraine Uruguay Uzbekistan

V

Venezuela Viet Nam

Y

Yémen

Z

Zambie Zimbabwe