Discours de Monsieur Amidou OKABA, Secretaire Général Adjoint au Ministère du Developpement durable, de l'Economie, de la Promotion des Investissements et la Prospective à l'atelier GAR

10 févr. 2016

Madame la Représentante Résidente du PNUD
Madame le Représentant de Monsieur le Directeur Général de l'A.N.I.F
Monsieur le Président de la Commission Nationale de Lutte contre l’Enrichissement Illicite
Mesdames et Messieurs
Chers participants

Dans le cadre de l’atteinte des objectifs du développement, durable, le Gouvernement de République Gabonaise a décidé d’inscrire parmi les actions visant à l’amélioration de la Gouvernance, la lutte contre la corruption et le blanchiment des capitaux.

C’est dans ce contexte que la C.N.L.C.E.I. et l’A.N.I.F. ont élaboré avec l’appui du P.N.U.D, et la participation de la société civile, la Stratégie Nationale de lutte contre le blanchiment des capitaux (S.N.L.C.C.B.C.) dont le document a été signé par le Président de la République et le Premier Ministre en 2013, et lancé officiellement par le Premier Ministre, le 19/05/2015.

Dans le cadre de la mise en œuvre de cette stratégie, plusieurs activités ont été menées sur la base du projet d’appui à la lutte contre la corruption et le blanchiment des capitaux (P.A.C.L.E.I.) convenu entre la C.N.L.C.E.I., l’A.N.I.F. et dont le Secrétariat Exécutif est basé au P.N.U.D., avec la participation du secteur privé et de la Société Civile.

Il convient dès lors, pour une visibilité efficiente, des activités ainsi menées, d’évaluer les résultats obtenus au regard des attentes spécifiques du P.A.C.L.E.I.

C’est dans ce contexte, Mesdames et Messieurs les participants, que s’inscrit l’atelier qui débute ce jour et au cours duquel, trois (3) jours durant, je n’en doute point, un seul instant, vous aurez à vous approprier les outils de mise en œuvre de la gestion axée sur les résultats, dont l’un des objectifs consiste à vous amener à vous approprier ces outils dans l’optique de la réussite des activités de la stratégie

Mesdames et Messieurs les participants

La gestion axée sur les résultats est une garantie d’efficacité qui met en cohérence les moyens et les stratégies en vue de l’atteinte des objectifs d’un projet ou un programme. Elle empêche la planification et l’exécution hasardeuse des interventions et permet de lier les ressources à des résultats concrets à atteindre, après avoir clarifié les priorités, aligner les programmes et les projets en fonction de ces priorités, et allouer les ressources en conséquence.

Cette méthode de travail s'intéresse davantage aux effets des projets et des programmes à court et moyen terme, et à l’impact ultime recherché à long terme, par le biais du suivi-évaluation.

En effet, dans tout projet ou programme, assurer un suivi régulier et rapproché de l’exécution permet de s’assurer de la bonne marche, et surtout de pouvoir procéder, si nécessaire, à des ajustements rapides. Quant à l’évaluation, elle permet de mesurer l’efficacité et l’efficience dans la conduite des programmes, ainsi que les impacts de ces programmes sur les groupes cibles, notamment en termes d’amélioration de leurs conditions

Mesdames et Messieurs les participants

Il s’agit aussi d’une approche qui intègre les outils pour améliorer la prise de décision, la mise en oeuvre de mesures du rendement, l'apprentissage, l'adaptation, la production de rapports sur le rendement, la transparence et la reddition de comptes. 

C’est pourquoi nous nous réjouissons du fait que les participants à cet atelier sont des agents publics, représentant les administrations publiques, des acteurs de la société civile qui incarnent dans leurs domaines respectifs les valeurs de rigueur dans la planification et la mise en oeuvre des actions de développement, ainsi que le devoir de rendre compte des réussites et des échecs.

Aussi, l’appropriation par ces derniers, des outils de gestion axée sur les résultats, permettra, avec le concours de toutes les forces de notre pays et l’appui de nos partenaires, de gagner le pari de l’intégrité et la bonne gestion de la chose publique au bénéfice de tous.

Mesdames et Messieurs les participants

Le Président de la République, Chef de l’Etat, S.E Ali BONGO ONDIMBA, a fait de ce pari un maillon fort de sa vision et son action.

Il l’a fortement réaffirmé en signant personnellement le Document de stratégie de lutte contre la corruption et le blanchiment des capitaux du Gabon en ces termes, je cite: «A l’horizon 2025, le Gabon doit devenir un pays où l’intégrité guide le comportement de l’ensemble des citoyens et gouverne la gestion des affaires publiques dans un Etat modernisé, assurant une redistribution juste, équitable et transparente des fruits de la croissance, pour un développement harmonieux», fin de citation.

Les leçons de cet atelier de formation, et leur application dans vos domaines respectifs feront de vous des artisans de la construction de notre pays, et des pionniers de son développement inclusif et durable.

Au sortir de cet atelier, nous devrons être désormais outillés d’indicateurs pertinents et crédibles, ainsi que de méthodes de gestion en vue de mesurer le progrès, les performances et contre-performances de nos politiques et actions de lutte contre la corruption et le blanchiment des capitaux. 

Vous aurez ainsi, chaque administration dans son domaine, l’aptitude d’évaluer les progrès réalisés dans les différentes activités déjà menées et à venir.

Je vous engage donc à des échanges participatifs et fructueux, et je déclare ouvert l’atelier de formation sur le suivi-évaluation et la gestion axée sur les résultats dans le cadre de la mise en oeuvre du Document de stratégie de lutte contre la corruption et le blanchiment.

Je vous remercie.                   

PNUD Dans le monde

Vous êtes à PNUD Gabon 
Aller à PNUD Global

A

Afghanistan Afrique du sud Albanie Algérie Angola Arabie saoudite Argentine Arménie Azerbaïdjan

B

Bahreïn Bangladesh Barbade Bélarus Bélize Bénin Bhoutan Bolivie Bosnie-Herzégovine Botswana Brésil Bureau du Pacifique Burkina Faso Burundi

C

Cambodge Cameroun Cap-Vert Centrafrique (République centrafricaine) Chili Chine Chypre Colombie Comores Congo (République démocratique du) Congo (République du) Corée (République populaire démocratique de) Costa Rica Côte d'Ivoire Croatie Cuba

D

Djibouti

E

Egypte El Salvador Emirats arabes unis Equateur Erythrée Ethiopie

G

Gabon Gambie Géorgie Ghana Guatemala Guinée Guinée-Bissau Guinée équatoriale Guyane

H

Haïti Honduras

I

Ile Maurice et Seychelles Inde Indonésie Irak (République d') Iran

J

Jamaïque Jordanie

K

Kazakhstan Kenya Kirghizistan Kosovo (selon RCSNU 1244) Koweït

L

Laos Lesotho Liban Libéria Libye L’Ex-République yougoslave de Macédoine

M

Madagascar Malaisie Malawi Maldives Mali Maroc Mauritanie Mexique Moldova Mongolie Monténégro Mozambique Myanmar

N

Namibie Népal Nicaragua Niger Nigéria

O

Ouganda

P

Pakistan Panama Papouasie-Nouvelle-Guinée Paraguay Pérou Philippines Programme palestinien

R

République dominicaine Russie (Fédération de) Rwanda

S

Samoa São Tomé-et-Principe Sénégal Serbie Sierra Leone Somalie Soudan Soudan du Sud Sri Lanka Suriname Swaziland Syrie

T

Tadjikistan Tanzanie Tchad Thaïlande Timor-Leste Togo Trinité et Tobago Tunisie Turkménistan Turquie

U

Ukraine Uruguay Uzbekistan

V

Venezuela Viet Nam

Y

Yémen

Z

Zambie Zimbabwe