Parc National de Loango /Photo: PNUD Gabon

Le Gabon est l'un des pays les plus boisés au monde, avec plus de 88% de sa superficie totale (267 667 km2) couverte par des forêts tropicales. Les vastes terres forestières fournissent de la nourriture, des médicaments, de l'énergie et constituent une source de spiritualité pour des millions de personnes dans la région du bassin du Congo, le deuxième plus grand poumon de la planète, après l'Amazonie.  Les forêts gabonaises abritent une faune diversifiée, y compris 60% des éléphants de forêt restants, gravement menacés, également connus comme les "architectes" ou les "jardiniers" de la forêt, pour leur rôle dans le maintien d'écosystèmes sains. Ils hébergent aussi une importante population de gorilles de plaine occidentaux, de singes mandrills, de buffles de forêt et une faune aviaire remarquable. Le «dernier jardin d'Eden» d'Afrique absorbe également un total de 140 millions de tonnes de CO2 chaque année.

Conscient du rôle essentiel des forêts dans la lutte contre le changement climatique et le développement durable, le Gabon a, depuis 2000, préservé une grande partie de sa forêt tropicale, en créant 13 parcs nationaux, dont l'un est inscrit au patrimoine mondial de l'UNESCO.  Bien que les taux de déforestation aient toujours été faibles (moins de 0,08 %), le pays a lancé plusieurs initiatives visant à limiter la déforestation et la dégradation des forêts. Ainsi, en 2009, le gouvernement gabonais a interdit l'exportation de grumes de bois dans tout le pays et a créé en 2010 un Conseil National du Climat (CNC). Le Conseil intègre les considérations relatives au changement climatique dans les stratégies de développement sectoriel du pays, et le gouvernement participe activement aux négociations de la CCNUCC (Convention Cadre des Nations Unies pour le Changement Climatique) grâce à cette vision stratégique. Le Gabon a également réalisé des avancées significatives en matière de gestion durable de ses ressources en bois en dehors des 13 parcs, en visant à ce que toutes les concessions forestières soient certifiées par le FSC (Forest Stewardship Council).

Lors du Sommet Action Climat de 2019, le Gabon a signé avec l'Initiative pour les Forêts d'Afrique Centrale (CAFI) un accord portant sur 150 millions de dollars de paiement basé sur les résultats d'absorption du carbone. Une percée pour le contrat, en juin 2021, le Gabon a reçu son premier paiement de 17 M$, une étape importante pour le pays dans ses efforts de préservation de ses terres forestières. Après la vérification des résultats par des experts indépendants, le Gabon est le premier pays d'Afrique à recevoir des paiements basés sur les résultats pour la réduction des émissions dues à la déforestation et à la dégradation des forêts. Le paiement récompense les réductions réalisées par le pays en 2016 et 2017, par rapport aux niveaux d'émission annuels de 2006 à 2015.

Le Gabon prend le devant en maintenant son statut de pays à haut couvert forestier et à faible déforestation (HFLD) grâce à son approche de la gestion forestière qui repose sur des bases scientifiques et des preuves solides. Le Gabon s'engage à réduire encore davantage ses émissions de CO2.

Afin d'assurer une gestion et une utilisation appropriées des ressources, le Gabon et le Secrétariat du CAFI ont convenu que le premier paiement sera destiné à des activités qui diminuent davantage les émissions de CO2 et qui contribuent au développement durable des communautés locales, y compris

●      le soutien à l'unité de contrôle forestier pour réduire les activités illégales ;

●      des initiatives de forêts communautaires dans tout le Gabon pour améliorer encore les revenus, les moyens de subsistance et le bien-être des communautés ;

●      le renforcement des capacités de l'Agence Nationale des Parcs Nationaux (ANPN) en vue d'un déploiement rapide pour surveiller l'empiètement des parcs par voie terrestre et aérienne ;

●      la production et la conservation des plantes dans les jardins botaniques nationaux et l'herbier national ;

●      le renforcement des capacités nationales des effets du changement climatique sur les écosystèmes du Gabon par l'intermédiaire du CNC, de l'Agence spatiale gabonaise (AGEOS), du Système national d'observation des ressources naturelles et forestières (SNORNF)

Cet accord sur le paiement basé sur les résultats s'aligne avec le programme national du "Gabon vert", qui vise à améliorer la productivité des activités agricoles et forestières et à créer 125 000 emplois ainsi que des activités génératrices de revenus tout en maintenant l'empreinte écologique des activités humaines à un faible niveau. Il est à espérer que ce paiement encouragera d'autres pays du continent à se joindre aux efforts de protection et de conservation des forêts. À ce jour, la République Démocratique du Congo, la République du Congo, le Cameroun, la Guinée Équatoriale et la République Centrafricaine ont également rejoint la lutte pour la protection de la forêt centrafricaine en partenariat avec CAFI.

D'autres programmes mis en œuvre dans le cadre du partenariat CAFI - Gabon comprennent l'utilisation, la planification et la surveillance des forêts (CAFI-1), l'expansion des zones protégées et le développement agricole, ainsi que l'appui au processus de certification nationale (CAFI-2). Dans le cadre de ce dernier, le PNUD soutient le Gabon en tant qu'agence d'exécution travaillant en étroite collaboration avec des agences nationales telles que le CNC, l'ANPN et l'ADAG (Agence de Développement Agricole au Gabon).

Icon of SDG 12 Icon of SDG 13 Icon of SDG 15 Icon of SDG 17

PNUD Dans le monde

Vous êtes à PNUD Gabon 
Aller à PNUD Global